Shiro Megumi

aventures dans l'empire d'Emeraude
 
AccueilGalerieCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Archive : Ambition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kumagaya

avatar

Nombre de messages : 1905
Date d'inscription : 16/09/2006

Feuille de personnage
Rang de Réputation:
6/10  (6/10)

MessageSujet: Archive : Ambition   3/5/2011, 15:23

Alors que vous goûtez un repos amplement mérité dans la citadelle de la famille Yogo, Isawa Tu, qui ne manque jamais une occasion de visiter les temples et bibliothèques locales, déniche un texte inquiétant.
Le parchemin original semble vraiment ancien (plusieurs siècle sans doute). Avec précaution, votre ami recopie ce texte sur un nouveau parchemin et vous en offre la lecture le soir autour d'un thé.


Ambition

Je suis Yashin. Je suis Ambition.
"Etes-vous prêt, Gusai-sama ?" gloussa le Grue. Le jeune prêtre semblait être un hôte assez plaisant, mais il y avait quelque chose de déconcertant chez lui. Sa peau était trop étirée sur son visage, ou sa voix ne correspondait pas tout à fait au mouvement de ses lèvres. Ses yeux bleux me fixaient avec une intensité fièvreuse, et je savais que je ne pourrais pas refuser.
"Oui, Yajinden, je suis prêt."
"Vous réalisez le prix." Ses sourcils se soulevèrent légèrement. Il me disait, de façon détournée, que c'était ma dernière chance de reculer.
"Je suis prêt à le payer, quel qu'en soit le coût. Ma vie et mon honneur sont mes seuls souvenirs."
"C'est dommage que votre poison n'était pas plus mortel, hein, Mante ?" Yajinden gloussa légèrement.
Mon sang ne fit qu'un tour et les mots vinrent à mes lèvres comme un feu liquide. "Vous ne me parlerez plus jamais ainsi, Grue. Jugez-moi encore, et vous découvrirez à quel point je peux être mortel."
Les lèvres du Grue se refermèrent alors qu'il ravalait la riposte. "Je suis ici pour vous aider, Yurimanu," dit-il après un instant. "Si je ne peux pas parler librement avec vous, alors comment pourrais-je vous aider correctement ?"
L'homme se tourna et parcourut la pièce, mais je gardais un oeil rivé sur lui. J'avais entendu dire que cet Asahina Yajinden était un homme pieux et honorable, mais aucune de mes brèves expériences personnelles ne me permettait d'arriver à la même conclusion. Il était rusé, déloyal et rancunier. Il était loin d'être le shugenja solitaire et studieux qu'il semblait être. Malheureusement, il était le seul allié qu'il me restait dans l'Empire d'Emeraude. Ma famille, mes amis, tous ceux que j'ai connu sont morts, voire pire, à cause de mon ambition. Je me suis mis à suivre Yajinden. Ma main se déplaça par réflexe pour saisir la garde de mon katana, et ne trouva rien. Il avait été repris et brisé par les hommes de l'Empereur, et on m'avait ordonné de me faire seppuku. Je ne l'ai pas fait. J'avais d'autres plans.
"Je vais avoir besoin d'une nouvelle lame," dis-je.
"Une arme sera créée," répondit Yajinden, semblant trouver le commentaire amusant.
Quelques moines à la tête rasée passèrent dans l'autre sens. Ils ne s'inclinèrent pas devant Yajinden, bien qu'ils s'écartèrent respectueusement de son chemin. Je sentais les même ténèbres en eux que celles que j'avais senties dans le Grue, quelque chose d'insondable et de maléfique gisait juste sous la surface. Partout, je pouvais sentir une faible odeur cuivreuse. Je savais, grâce à mon expérience des champs de bataille, que c'était la puanteur du sang putréfié. Dans Otosan Uchi ? Dans le Temple d'Amaterasu, où les plus grands héros de Rokugan reposaient avec honneur et dignité ? Mais qu'était devenu cet endroit ? Qui étais-je devenu pour venir ici ?
"Dites-moi, Yurimanu," dit Yajinden, en frottant son menton avec une main svelte. "Est-ce que des vêtements de paysan irritent la peau d'un daimyo ?"
Je ne répondis rien. Cet homme me harcelait, m'aiguillonnait, essayant de me faire faire un acte irréfléchi. Il voulait me tester, mais je ne lui donnerais pas ce plaisir. Je me contentais de le suivre, et ne dis rien.
"Il n'y a plus d'espoir pour vous à Rokugan, vous le réalisez ?" dit-il.
"Même avec mes ressources, je ne pourrais vous cacher éternellement, Gusai Yurimanu. Les Fortunes elles-même voudraient vous voir mort."
"Je ne veux pas me cacher," répondis-je. "Je ne souhaite que la vengeance."
"La vengeance ?" le Grue gloussa et me jeta un regard sauvage. "Je suis navré, j'ai déjà mon quota de vengeance. Vengeance, jugement, passion, tous ces sentiments ont déjà été réalisés. Tout ce dont j'ai besoin de vous, c'est votre ambition."
A nouveau, je ne dis rien. Je craignais que ce Grue soit devenu fou. Si les rumeurs de ses sombres pratiques étaient vrais, la folie était inévitable, pour quelqu'un comme lui. J'espérais qu'il n'était pas encore trop loin dans sa folie pour qu'il me soit utile. Nous nous enfoncèrent plus avant dans le temple, passant devant des parchemins et des tapisseries retraçant la lignée des Empereurs Hantei. Leurs yeux semblaient me suivre alors que je passais, accusateurs, tourmenteurs. Je leur rendis chacun un regard et je poursuivis mon chemin. Les Hantei n'étaient rien pour moi. Une lignée de fous arrogants qui ont prolongé leur inutilité, et qui ne savent plus comment diriger une nation convenablement. J'ai appris trop tard où se trouvait le vrai pouvoir, pas sur le trône, mais derrière lui. Le Scorpion avait repéré ma trahison avait qu'elle ne débute, mais je ne l'ai jamais su. Le Scorpion ne se souciait pas de l'Empereur, mais seulement de la gloire qu'il pouvait gagner en arrêtant cet assassinat.
"Vous avez commis l'acte maléfique ultime, vous savez ?" dit doucement Yajinden, comme s'il discutait d'une chose anodine.
"Dans les Iles de l'Epice et de la Soie, l'ambition est une vertu," répondis-je. "S'asseoir sans rien faire alors que votre destin vous attend est mal."
Yajinden gloussa. "Vous ne me comprenez pas," dit-il. "Votre erreur n'est pas d'avoir essayé." Nous étions arrivé au bout du couloir et le Grue se retourna. Le feu sauvage dans ses yeux était devenu deux puits ténébreux. Je me découvris subjugué par son regard, incapable de détourner les yeux ou de les fermer. "Votre erreur," dit-il, "c'est votre échec. Vous le comprenez ?" Le couloir plongea dans le silence, mis à part les sons de chants au loin alors que Yajinden attendait patiemment ma réponse.
"Oui," dis-je, parce que c'était vrai.
"Mais il est toujours temps de réparer ce que vous avez fait," dit Yajinden. "A nouveau, je vous le demande, êtes-vous prêt à payer le prix ?"
"Je suis prêt à tout donner," dis-je. A ce moment-là, c'était la vérité. Yajinden me regarda de travers. "Tout, ce n'est pas assez, Mante. Vous devez me donner plus." Il se retourna et ouvrit la porte derrière lui. Je me mis à chanceler, à cause de l'odeur de charnier pestilentielle qui se déversait face à moi alors que la porte s'ouvrait. Du sang, de la chair en décomposition, et pire se trouvait dans les ombres devant moi, souillant cet endroit sacré. Yajinden disparut dans les ténèbres. Mes pieds étaient rivés aux blocs de pierre sur le sol. Je savais que quelque soit ce qui se trouvait dans cette pièce, c'était encore plus maléfique que tout ce que mon esprit pourrait jamais imaginer. Si j'entrais la-dedans, je n'en reviendrais pas. Je réalisais à cet instant qu'il y avait des choses pires que la mort.
Si seulement j'avais agis avec raison. Si seulement je ne l'avais pas suivi. Mais d'une manière ou d'une autre, je découvris la force de le suivre. Alors que j'avançais dans les ténèbres, je fus saisi par derrière et baîllonné. Mes forces s'épuisèrent, emportées par les vapeurs imbibées dans le baîllon. Ma conscience resta, et je savais que c'était intentionnel, vu le regard de folie qui brillait dans les yeux d'Asahina Yajinden. Il souhaitait que je sois conscient de ce qui allait m'arriver, que je suis témoin de chaque sensation, et que je me souvienne de tout ce qui allait suivre.
La douleur est un mot trop faible pour décrire ce qui s'ensuivit. Mon corps fut déchiré, pièce par pièce. Mon âme fut brûlée et torturée, mes os furent broyés et fondus dans de l'acier en fusion. Mon sang fut asséché et servit de combustible pour les magies qui m'ont transformé. Chaque goutte se mit à bouillir en moi, et créa une soif qui me perdit et me conduisit dans des mondes d'agonie et de folie, au-delà de toute imagination.
Mon âme fut mise en lambeaux. Espoir, amour, raison, imagination, tout fut détruit et déchiré par les sombres griffes du Grue. Ces choses ne me furent pas dérobées mais mises hors d'atteinte. Ce que j'étais, je ne le savais pas, mais je n'étais plus Gusai Yurimanu, daimyo du Clan de la Mante.
Alors que la douleur commençait à se retirer, je vis mon corps mutilé gisant sur le sol de la chambre noire. Ma nouvelle forme se reflétait dans les yeux morts et je vis que mon âme était maintenant contenue dans un katana étrange, une lame d'acier bleu, pâle comme un corps exsangue. Le Grue avait puisé physiquement, spirituellement et émotionnellement dans mon essence, laissant une seule chose pour me guider.
"Terminé," dit Yajinden. Alors qu'il contemplait son ouvrage, un sourire scintilla sur son visage. "De toutes mes créations, tu es la seule parfaite. Vengeance se détruira elle-même. Passion déclinera. Jugement, lorsqu'il sera rendu, ne sera plus. Mais ambition. L'ambition est éternelle. Tu es Yashin, maintenant, Gusai Yurimanu, maintenant et à jamais. Tu es Ambition."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Archive : Ambition
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» UN archive captures horrors and heroism of Haitian quake
» Archive ranking
» ?Quelle est votre ambition dans la vie ? Devenir immortel et mourir.
» M - L'ambition n'a de limite que mes envies [FINIE]
» « Le sage guérit de l'ambition par l'ambition même. » J. de la Bruyère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shiro Megumi :: Palais du Champion d'Emeraude :: Archives-
Sauter vers: